PAROISSE SAINT ANTOINE DE PADOUE

PAROISSE SAINT ANTOINE DE PADOUE


                            « ALLEZ DIRE AUX PRÊTRES QU’ON Y BÂTISSE UNE CHAPELLE »
 

Lors de la fête de Notre Dame de Lourdes, nous rappelions le message de la Vierge Marie à Sainte Bernadette, et à la 13ème apparition, Notre Dame lui demande: "Allez dire aux prêtres qu'on (…) qu'on bâtisse [ici] une chapelle". Par ailleurs, nous avons proposé, en conseil, comme action de carême, d'aider les petites sœurs de l'Agneau à bâtir leur monastère, à Marseille [voir p4]. On le comprend bien, autant l'appel de la Vierge Marie que ce projet des petites sœurs ne se limitent pas à ériger des murs de pierre, mais à participer à une construction qui est aussi humaine, qui est aussi spirituelle. Nous sommes ainsi renvoyés à notre propre vocation: construire l'Eglise, et pas seulement en faire partie. On repense à la lettre aux Ephésiens: "vous avez été intégrés dans la construction [dont] la pierre angulaire est le Christ Jésus lui-même. En lui, toute la construction s'élève harmonieusement pour devenir un temple saint dans le Seigneur. En lui, vous êtes, vous aussi, des éléments de la construction pour devenir par l'Esprit Saint la demeure de Dieu" (Ep 2,20-22). Nous sommes presque dans une autre logique: quand nous venons à St Antoine ou à St Eugène, le bâtiment est déjà construit, on a plutôt l'impression de mettre ses pieds dans des pantoufles et que "tout roule", mais avons-nous conscience que c'est à nous de construire l'Eglise ?

    Construire une relation personnelle de fidélité à Dieu. Ce temps de carême nous rappelle les fondamentaux: il nous invite à regarder notre vie à la lumière de Dieu, y découvrir tous les talents, tous les dons, en rendre grâce, et prendre conscience qu'il faut les développer, les faire fructifier, déployer ce qu'on a de meilleur en nous; y découvrir aussi les aspects tordus, les zones d'ombre, et poursuivre sans cesse ce travail de vérité, d'humilité et de conversion pour ajuster nos pensées, nos paroles, nos actes à la finalité d'aimer Dieu, d'aimer notre prochain. Nous sommes faits pour cela quelle que soit notre vocation propre ou notre état de vie. C'est dans cet amour que nous vivons la sainteté. Construire l'Eglise, c'est progresser, personnellement, sur le chemin de la foi.

    Construire aussi une communauté. Nous ne sommes pas des pions mis les uns à côté des autres, mais une famille, la famille de Dieu. Les relations humaines, ça se construit, on en prend soin. Nous sentons-nous participants d'une communauté qui apprend à se connaître, à s'estimer, à tenir compte avec bienveillance des fragilités des uns et des autres, une communauté où grandit l'amour mutuel, la charité, sans se fermer sur quelques affinités. Construire l'Eglise, c'est travailler à tisser ces liens de frères et sœurs qui se renforcent chaque fois qu'on vit de bonnes choses ensemble.

    Construire le corps du Christ. L'Eglise est une réalité spirituelle où Dieu est présent. Comment construit-on un corps ? On ne le construit pas en rajoutant des bouts de chair, mais en le nourrissant. Il nous faut comprendre –et parfois faire comprendre– que l'Eglise se construit dans la nourriture qu'elle reçoit de Dieu. L'Eglise se construit lorsqu'on prie ensemble; l'Eglise se construit quand on écoute ensemble la Parole de Dieu; l'Eglise se construit quand on se nourrit du corps et du sang du Verbe fait chair. Nous portons le désir que chaque personne vienne régulièrement se nourrir de l'eucharistie, "mon corps est une vraie nourriture" (Jn 6,55). Je vois parfois les parents à la messe, les grands-parents, mais où sont les enfants, où sont les petits-enfants ? On ne leur apprend pas à s'approcher de Dieu ? Où sont les amis quand on passe un week-end ensemble ? N'est-ce pas une richesse de prendre alors un temps tous auprès de Dieu ? Construire l'Eglise, c'est s'approcher et c'est faire s'approcher de celui que personne ne remplace.

    "Le Christ a aimé l'Eglise et s'est donné pour elle" (Ep 5,25), nous le fêterons à Pâques, que nous ayons à cœur de construire et de faire grandir l'Eglise.
   
                                                                                                                                            P. Yann POINTEL