PAROISSE SAINT ANTOINE DE PADOUE

PAROISSE SAINT ANTOINE DE PADOUE



                                                                RENAÎTRE DE NOS CENDRES








Il m'est déjà arrivé à plusieurs reprises d'aborder ce thème des cendres (parce qu'il revient chaque année lors de l'entrée en carême), mais nous avons vécu, d'une manière inattendue, au début de la Semaine Sainte, un événement qui a bouleversé une quantité de personnes: l'incendie de Notre Dame de Paris.

Tout d'un coup, a été remis sur le devant de la scène l'attachement que beaucoup portent à un monument sacré, à la foi… et on a vu, sur les quais de Seine, des foules s'amasser et assister, pétrifiées, médusées, à l'embrasement de la charpente. Sur ces quais, un silence de respect, et même, ça et là, des prières et des chants spontanés. Tous, pratiquants fidèles, pèlerins d'un jour, ou voisins du sacré, unis dans un même étonnement. Par-delà les siècles, par-delà les événements, par-delà les histoires des uns et des autres, Notre Dame représente pour chacun bien plus qu'un simple monument: un lieu refuge où faire monter une pensée vers le Ciel, un lieu de paix où confier à l'intercession d'une mère les soucis de l'existence, un lieu où se croisent la ferveur des croyants et les questions de ceux qui s'interrogent (mais jamais indifféremment), un lieu plus cher que la famille où se trouvent mystérieusement en contact dans l'affection et la prière les vivants et les défunts, un lieu pour célébrer et se réunir et un lieu pour faire silence et se recueillir.

Si ce lieu était seulement un lieu du passé, il suffirait des photos et des gravures pour en faire mémoire, mais il est le lieu d'une présence vivante, et la mobilisation immédiate qui s'est manifestée au niveau mondial a été le témoin que quelque part, cette présence "ne peut pas et ne doit pas mourir". Des sommes importantes ont été immédiatement mises à disposition. On a entendu des voix s'élever contre ces dons ("on aurait pu en faire don à des pauvres"), voix qui ne comprennent pas le sens supérieur de la relation à Dieu, voix dans lesquelles résonnent les options de Judas.

Cependant, il y a environ mille ans, nos parents de l'époque ont voulu nous transmettre quelque chose de bien plus précieux qu'une consolation matérielle et passagère: ils ont voulu nous transmettre où était leur espérance, ils ont voulu nous transmettre ce qui les soutenait dans la vie, ils ont voulu nous transmettre un lieu où toucher l'Eternel, ils ont voulu nous transmettre un témoignage de leur foi. Ce qui a touché les passants, les fidèles, les spectateurs éberlués, c'est qu'il arrive quelque chose à un lieu de foi. Immédiatement, beaucoup se sont mobilisés pour que Notre Dame renaisse de ses cendres. Et s'il n'y avait pas là un signe de Pâques: le signe que par-delà les plus grandes épreuves, Dieu veut nous aider à faire triompher la Vie ? Joyeuses Pâques !


                                                                                                                                                                P. Yann POINTEL